AstrophotographieBasesObservation

Comment débuter en astrophotographie

Vous voulez vous lancer dans l’astrophotographie et débuter dans cette pratique très intéressante. Mais cela vous semble trop compliqué ? Suivez le guide : comment débuter en astrophoto.

 

Comment débuter en astrophotographie

Note : cet article invité a été rédigé par Anthony du blog Les Curieux du Cosmos

Si vous êtes fasciné par les étoiles et que vos yeux restent ébahis devant tant de beauté, l’astrophotographie saura combler la distance qui vous sépare de l’infini. Je vous propose, le temps d’un article, de vous emmener avec moi afin de vous faire découvrir les possibilités époustouflantes que nous offre la photographie en astronomie.

Tout d’abord, je tiens à me présenter. Je m’appelle Anthony et je suis, peut-être comme vous, tombé dans les étoiles lorsque j’étais petit. Depuis, je ne peux me résoudre à quitter des yeux cette nature insolite qui gravite au-dessus de nos têtes. Trop peu de personnes prennent le temps de profiter d’un moment de sérénité, à observer la voûte étoilée… Ces instants si rares sont pour moi devenus une passion, que j’ai décidé de partager sur mon blog, Les Curieux du Cosmos. Heikel et moi sommes tous deux des grands passionnés du monde qui nous entoure, au sens large devrais-je dire. Grâce à lui, je vais pouvoir partager un peu plus ce qui me tient à coeur, à savoir l’astrophotographie.

Mais en quoi consiste exactement cette discipline ? À photographier les étoiles, oui, mais pas que. L’astrophotographie regroupe toutes les techniques qui s’apparentent à immortaliser les habitants de la voûte céleste. De notre système solaire aux galaxies les plus lointaines, tout peut être photographié à condition de savoir comment s’y prendre et d’avoir un minimum de matériel.

 

Pourquoi astrophotographier le ciel ?

La première réponse qui me vient à l’esprit est bien évidemment par passion. Pour ma part, cette envie de photographier les étoiles ne m’est apparue qu’après mes premières expériences en observation. Dès lors que je vis Jupiter escortée par tous ses satellites dans l’oculaire de mon télescope, je sentis comme des fourmillements d’excitation au bas du ventre. C’était incroyable, juste le temps d’une soirée.

Débuter en astrophotographie

Mais alors, pourquoi ne pas faire durer cet instant plus longtemps ? Pourquoi ne pas faire partager les mystères de l’univers à mon entourage ? C’était évident, l’astrophotographie était faite pour moi… C’est la deuxième réponse que j’apporterai à cette question, pour le partage mais aussi pour la gratitude que cela peut nous apporter. Par gratitude, j’entends le fait de pouvoir fièrement accrocher nos magnifiques clichés de l’espace sur notre tableau de chasse galactique ! Vous aurez alors la preuve irréfutable d’être vous aussi passé par là !

Ma troisième et dernière réponse à ce sujet est que l’astrophotographie vous permet de devenir meilleur en observation astronomique. Pourquoi ? Simplement parce que cette discipline figure être l’un des sommets en matière d’astronomie amateur et qu’elle vous demandera une maîtrise parfaite de votre instrument, ainsi que de bonnes connaissances de base en matière d’observation. Pourtant, il n’est pas rare de voir des personnes passionnées uniquement d’astrophotographie et qui débutent en n’ayant aucune connaissance en astronomie. Les portes de l’excellence sont ouvertes à tous, il vous suffit juste de les franchir !

 

Les compétences de l’astrophotographe

Comme je viens de l’expliquer, débuter en astrophotographie nécessite quelques compétences de base que vous améliorerez en pratiquant. Nous allons les voir ensemble et aborder quelques notions de base.

L’observateur du ciel

Évidemment, c’est par là que tout commence. L’observation céleste reste la première compétence à acquérir si vous souhaitez débuter en astrophotographie. C’est un peu comme si un pilote de course n’avait jamais conduit de voiture avant de se lancer sur le circuit.

Tout d’abord, il est essentiel de se familiariser avec le ciel nocturne et connaître :

  • Débuter en astrophotographieles constellations circumpolaires que je qualifierai de constellations de base, comme celle de la Grande Ourse par exemple, afin de pouvoir se repérer plus facilement. Propres à chaque hémisphère, les constellations circumpolaires sont visibles durant toute l’année. Dans l’hémisphère nord, elles sont au nombre de six : la Grande Ourse, la Petite Ourse, Cassiopée, Céphée, celle du Dragon et enfin, celle de la Girafe. Vous gagnerez aussi à connaître les objets remarquables dans chacune d’elles comme la magnifique M81, l’une des galaxies les plus brillantes de la voûte céleste, située dans la Grande Ourse.
  • la différence entre une planète et une étoile, qui se fait par l’absence de scintillement de l’astre planétaire. Au premier coup d’œil, vous identifierez Jupiter ou Mars par exemple, sans les confondre avec l’étoile la plus proche. Si nos planètes de notre système sont visibles depuis la Terre, c’est parce qu’elles reflètent la lumière du Soleil, rien de plus. Les étoiles quant à elles émettent leur propre lumière dû à la fusion des atomes d’hydrogène en hélium à l’intérieur. Cette intense activité émet des rayonnements lumineux et l’étoile scintille à des milliers d’années-lumière.
  • la position de l’étoile polaire marquant la direction Nord, utile pour exécuter la mise en station de votre monture, mais nous y reviendrons.

Pour la trouver, je cherche la constellation de la Grande Casserole, appelée Grande Ourse dans son entièreté. Ensuite, il faut trouver la Petite Casserole, contenue dans la Petite Ourse. Pour ce faire, ma méthode consiste à imaginer que la Petite Casserole tombe dans la grande. L’étoile polaire est la dernière du manche de la Petite Casserole.

Pour le reste, j’utilise une carte du ciel. Qu’elle soit sur smartphone ou non, vous en aurez besoin pour identifier avec exactitude votre cible.

Je pense qu’en tant qu’astrophotographe, la notion la plus importante à prendre en compte est celle de mécanique céleste. Il s’agit du fait que la Terre tourne sur elle-même en même temps qu’autour du Soleil, ce qui engendre vu de notre planète, les mouvements des étoiles. Lorsqu’on observe dans un instrument, suivre ce mouvement avec précision est essentiel afin de ne pas perdre de vue sa cible. En astrophotographie, cette précision doit être décuplée pour garantir de beaux clichés !

 

Le photographe en herbe

Débuter en astrophotographie

Bonne nouvelle, nous sommes tous un peu photographe aujourd’hui ! Plus besoin de compter la pellicule, grâce au numérique nous pouvons prendre autant de photos que l’on souhaite et elles apparaissent directement sur notre écran. C’est une révolution pour l’astrophotographie car à l’époque des appareils photos argentiques, la marge d’erreur était assez mince.

Aujourd’hui, qui n’a jamais pris une seule photo de sa vie ? Avec l’arrivée des smartphones, cela n’a jamais été aussi facile ! Maintenant, si vous souhaitez débuter en astrophotographie, il y aura quelques points à approfondir comme :

  • savoir utiliser les temps de pose afin de capter plus de lumière.
  • quitter le mode automatique afin d’exploiter pleinement la puissance de vos appareils numériques.
  • connaître quelques notions comme l’exposition ou les contrastes lumineux afin de mieux maîtriser vos prises photo.

Le tout bien sûr en y prenant du plaisir, mais je peux vous garantir que la photographie est très virulente et une fois ces quelques notions abordées, peut-être vous découvrirez-vous une nouvelle passion !

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu   La magnitude en astronomie, qu'est-ce que c'est ?

L’informaticien débutant

Débuter en astrophotographie informatique

C’est la dernière compétence qu’il faudra acquérir mais ne vous en faites pas, si vous savez allumer et éteindre un ordinateur sans débrancher la prise en dernier, alors cela ne devrait pas poser trop de problèmes.

Mais que vient faire l’informatique dans l’astrophotographie ? Eh bien une fois que vous aurez shooté le ciel, il faudra manipuler vos clichés sur l’ordinateur afin d’obtenir une belle image nette et en couleur.

Prenons l’exemple d’une galaxie. Lorsque vous la photographiez, la lumière parcourt des milliers d’années-lumière avant d’atterrir sur le capteur de votre appareil photo. Inévitablement, elle perd en luminosité et les couleurs en pâtissent. Il y a d’autres paramètres à prendre en compte comme les turbulences atmosphériques qui floutent votre image. L’informatique est là pour rattraper tout ça !

Il va donc falloir que vous vous familiarisiez avec deux ou trois logiciels informatiques, rien de plus.

 

Le matériel pour débuter en astrophotographie

Lorsqu’on s’intéresse à l’astrophotographie, il y a deux obstacles qui peuvent nous arrêter : la difficulté perçue et le coût de la pratique. Pourtant, une personne bien aiguillée saura comment se lancer à l’assaut des étoiles et immortaliser la voûte céleste sans ruiner son compte en banque.

Nous allons entrer dans le vif du sujet en commençant par aborder le matériel nécessaire à la pratique. Suivant votre budget, il vous sera plus facile de visualiser les diverses possibilités que ce domaine peut vous offrir.

 

Le smartphone, votre compagnon de tous les jours !

Débuter en astrophotographie avec un smartphone

 

Non, je ne me moque pas de vous. Il est en effet possible de débuter l’astrophotographie à l’aide de votre magnifique smartphone !

Tout d’abord, sachez que pour réaliser des clichés du ciel nocturne, il n’est pas forcément nécessaire d’utiliser un télescope ou une lunette. Il vous suffit de pointer le ciel avec un appareil photo et d’appuyer sur le déclencheur. Eh oui, sans vous en rendre compte vous étiez peut-être astrophotographe avant l’heure !

Évidemment je dois l’admettre, cela ne suffit pas à faire de belles photos, mais l’idée y est. Plus sérieusement, en utilisant cette fois un instrument d’observation astronomique, il est tout à fait possible de réaliser des clichés corrects à l’aide d’un smartphone. Avec l’évolution de leurs appareils photos embarqués, la qualité des images est parfois incroyable et il est difficile de faire la différence avec un véritable appareil photo. Il existe même sur le marché des adaptateurs dédiés à la prise de vue avec smartphone, comme celui-ci, garantissant la stabilité de votre téléphone afin de réussir vos clichés.

 

La webcam, simple à utiliser et peu coûteuse

Voici le meilleur moyen de débuter l’astrophotographie sérieusement avec un minimum de budget. On pourrait penser que c’est une étonnante pratique mais en réalité, c’est l’une des techniques utilisées en astrophotographie pour lutter contre les turbulences de l’atmosphère. Je reviendrai plus tard sur ces explications, en attendant, voyons avec quel type de caméra il est possible de photographier le ciel.

Il existe deux grandes gammes de webcams pour l’astronomie :

  • celles que nous utilisons communément avec notre ordinateur
  • les caméras dédiées à l’astrophotographie

Commençons par nous intéresser à la webcam. Après avoir photographié le ciel à l’aide d’un smartphone, je pense que vous ne serez pas surpris d’apprendre qu’une simple webcam d’ordinateur fera l’affaire ! Cependant, avant de pouvoir s’en servir en astrophotographie, il faudra réaliser deux ou trois petites modifications, que je détaille dans un article vous expliquant comment débuter l’astrophotographie à la webcam.

Débuter en astrophotographie webcamLe deuxième type de caméra regroupe celles dédiées à l’astrophotographie. Plus chères mais également plus performantes, ces caméras hautes définitions ont une vitesse d’enregistrement plus élevée que nos petites webcams et permettent d’obtenir plus d’images pour une même durée d’enregistrement.

Si vous souhaitez débuter l’astrophotographie directement avec une caméra dédiée à la photographie du ciel, je vous conseille la ZWO ASI 120 MC color. Cette caméra planétaire vous permettra de prendre des images directement en couleur. Les gammes supérieures sont monochromes mais aussi beaucoup plus sensibles aux détails. Il vous faudra cependant des filtres colorés si vous désirez obtenir des clichés en couleur.

 

L’appareil photo, plus dur à prendre en main

Il est l’outil par excellence pour réaliser des clichés du ciel profond et photographier la Voie Lactée. Mais il est aussi plus difficile à prendre en main en dépit de ses réglages multiples et obtenir un cliché digne de ce nom vous prendra plus de temps, même si le résultat est au rendez-vous.

Pour faire court, il existe deux catégories d’appareils photos utilisés en astrophotographie :

  • les compacts et les bridges
  • les reflex numériques

Les compacts et les bridges sont ceux que nous utilisons couramment. Ils sont de petite taille, ont un objectif fixe et permettent un minimum de réglages. Du point de vue pratique, ils ne sont pas adaptés à l’astrophoto et il vous faudra bricoler un peu afin de le raccorder à votre instrument. En quelque sorte, il peut être comparé à la webcam, moins cher et plus accessible d’utilisation.

Le reflex numérique est l’outil que tout astrophotographe accompli doit posséder un jour ou l’autre ! Plus coûteux, leurs paramètres sont aussi nombreux et accessibles manuellement, ce qui vous demandera quelques connaissances en photographie afin de pouvoir utiliser l’appareil de façon optimum. Le gros avantage est que  l’objectif du reflex est interchangeable, ce qui veut dire que vous pouvez directement adapter l’appareil sur votre instrument à l’aide d’une bague T.

Je ne vous conseillerai pas de bridge ni de compact car moi-même je n’en utilise pas. En terme d’appareil photo reflex cependant, le Canon EOS 1000D est l’un des plus apprécié par les astrophotographes débutants pour son prix très accessible. Il est également compatible avec bon nombre de logiciels astros, ce qui vous permettra de le piloter à distance afin de ne pas toucher l’appareil durant la prise de vue. Pour les astronomes certains que l’astrophotographie est une vocation, je leur conseille d’aller faire un tour par ici

débuter en astrophotographie un bon appareil photo est indispensable

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu   La Voie lactée : notre galaxie (âge, taille, nom, système solaire...)

Un ordinateur portable, presque indispensable

Un ordinateur sera nécessaire afin de traiter vos images numériquement, quelle que soit la façon utilisée pour photographier le ciel. Nul besoin d’avoir une machine de guerre à la maison, un simple ordinateur de bureau peut suffire. Si vous optez pour le choix de la caméra, un ordinateur portable deviendra indispensable afin de la faire fonctionner ainsi que pour enregistrer vos captures.

Vous aurez également besoin de logiciels d’astronomie pour le traitement des images comme le célèbre Photoshop. Celui-ci est payant, mais la communauté des astronomes met à votre service des logiciels d’astronomie entièrement gratuits qui d’ailleurs fonctionnent très bien. Dans cet article, une liste de ces logiciels est à votre disposition.

 

Un instrument astronomique et une bonne monture

Pour terminer, une lunette ou un télescope montés sur une bonne monture équatoriale seront plus que nécessaires à la pratique de l’astrophotographie. Comme dit plus haut, vous pouvez très bien photographier le ciel à l’aide d’un simple appareil photo, mais les détails des objets célestes resteront hors de votre portée car il vous sera impossible de les suivre.

Le choix de l’instrument se fera en fonction de ce que vous désirez observer ou photographier. En principe, votre lunette ou votre télescope doit avoir le plus grand diamètre possible. Pour le reste, si vous faites du ciel profond, il vous faudra un instrument lumineux. Si par contre ce sont les planètes de notre système qui vous intéressent, optez plutôt pour une bonne résolution.

Monture Skywatcher NEQ-5 Pro SynScan GoTo astrophotographieDe tout le matériel cité ci-dessus, la monture équatoriale est de loin l’équipement le plus important en astrophotographie. Sans elle, dites adieu aux prises du ciel profond et la photographie planétaire vous donnera du fil à retordre… Négliger le choix de sa monture, c’est négliger la qualité de ses futurs clichés. Afin de pouvoir suivre avec précision un objet dans le ciel, la monture équatoriale sera donc indispensable et, équipée d’un moteur, la finesse de vos clichés se fera ressentir. Une fois mise en station, la monture compensera le mouvement de rotation de la Terre et le moteur se chargera de suivre l’objet céleste.

Elle devrait aussi être assez robuste afin de supporter le poids du tube ainsi que de tout l’équipement supplémentaire que requiert l’astrophotographie. Afin de vous assurez un bon départ, la monture Skywatcher NEQ-5 saura vous accompagner au travers de vos explorations spatiales en pointant automatiquement l’objet désiré.

 

 

 

Comment s’y prendre pour photographier le ciel ?

Il existe en astrophotographie plusieurs techniques afin de réaliser de belles images des habitants de la voûte céleste. Selon le type d’objet choisi, il faudra adopter la méthode adéquate, ce que nous allons voir tout de suite.

Débuter en astrophotographie : photographier le ciel au smartphone

Réaliser un cliché sans suivi avec un appareil photo

Pour cette méthode, nous aurons besoin uniquement d’un appareil photo et de son trépied pour plus de confort. Le but ici sera de prendre une partie de la voûte étoilée et pour ce faire, il faudra poser durant une trentaine de secondes en ouvrant le diaphragme de l’appareil à son maximum. Si vous possédez un reflex numérique, choisissez l’objectif le plus court possible.

Sans suivi et avec un temps de pose relativement court, le mouvement de la voûte céleste n’aura ainsi pas le temps de s’imprimer sur votre capteur.

 

Le montage en parallèle avec une monture motorisée

Cette technique consiste à fixer votre appareil photo directement sur le tube optique. Nous n’allons pas nous servir du tube pour photographier les étoiles, mais uniquement profiter de sa monture motorisée afin de suivre les astres. Votre appareil photo peut ainsi admettre des poses de plusieurs minutes en gardant son diaphragme grand ouvert et profiter de l’apport de luminosité supplémentaire.

A l’aide d’un objectif aux alentours de 200 mm de focale fixé sur votre appareil, vous serez en mesure de capturer quelques objets du ciel profond comme la nébuleuse d’Orion.

 

La photographie au foyer de l’instrument

Ici, l’idée est de se servir de notre instrument comme d’un énorme objectif d’appareil photo. Le problème que pose cette méthode est que la moindre vibration fera danser votre image. Il faut donc être vigilant durant la capture. Cependant, cette technique vous donne également la possibilité d’utiliser une caméra conçue pour l’astrophotographie, ce qui peut grandement réduire le risque de rater sa photo à cause d’un “bougé”.

Suivant votre instrument, la photographie au foyer vous permettra de faire de la photographie planétaire ou en ciel profond.

 

La prise de vue au porte-oculaire  

Sur certain type de télescope, comme ceux de Newton par exemple, la photographie au foyer n’est pas possible à réaliser du fait de leur conception. Il suffit dans ce cas de glisser, à l’aide d’un adaptateur, un appareil photo ou une caméra dans le porte-oculaire de votre instrument afin d’effectuer la prise de vue. Le principe reste similaire à celui de la photographie au foyer, il permet cependant d’utiliser nos webcams sur n’importe quel instrument au détour de quelques modifications.

Que vous soyez un astronome passionné ou un simple curieux du cosmos, l’astrophotographie est un loisir ouvert à tous. Aujourd’hui, tout le monde à la possibilité de photographier l’univers qui nous entoure, alors pourquoi pas vous ?

 

Amicalement,

Anthony du blog Les Curieux du Cosmos

Crédits photos: pxhere, Wikimedia Commons, Anthony Picard


Je tiens à remercier Anthony pour ce très bon article autour de l’astrophotographie. 🙂

Si vous avez des questions, des suggestions ou des remarques, n’hésitez pas à laisser un commentaire sous l’article, Anthony, moi-même et les autres lecteurs nous feront un plaisir d’y répondre. Et surtout, n’oubliez pas de partager l’article sur les réseaux sociaux. 😉

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

10 réflexions au sujet de « Comment débuter en astrophotographie »

  1. Merci pour cette partage, votre blog est vraiment super! Pour astrophotographie, je utilise télescope Stellina! Il est très pratique et il fait des jolies photos!

  2. Entre le Stellina de Vaonis et l’eVscope d’Unistellar, je pense que l’année 2018 va introduire le côté “smart” qui manquait à l’astronomie amateur !

    1. Tout à fait d’accord avec toi Anthony !
      Tous les astronomes amateurs n’ont pas le goût de la recherche manuelle des astres, et certains préfèrent voir le résultats “photo” que nous permettent de tels instruments. 😉

      Est-ce que tu sais quand ces télescopes vont sortir ?

      1. Exactement ! 😉

        Sur le site officiel de Vaonis, les premières livraisons du télescope Stellina sont programmées pour septembre 2018. Quant à l’eVscope, si on tente une pré-commande via le site d’Unistellar, la livr

  3. … désolé, j’ai dérapé sur la mauvaise touche ! :p

    Je disais, pour l’eVscope, la livraison est programmée pour juin 2019, il reste encore un peu de temps ! ^^

    1. Pas de soucis 😉

      Je me disais bien qu’ils n’étaient pas encore en vente, du coup je ne comprends pas le commentaire de Seb. Il a sans doute voulu dire qu’il l’utilisera 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.